Virginité ou frigidité : mais où est la modestie ?

Choqués et déçus par le billet de M. Kazabonov paru dans le numéro de novembre, Virginité ou frigidité : mais où sont les 1A ?, les premières années ont tenu à réagir.

« Serais-je, un jour, à hauteur des flamboyants 2A ? » crie chaque 1A à la fin de ce 1er semestre.

Comment leur jeter la pierre ? Il est vrai que l’état actuel du campus fait davantage penser à un eldorado de nonchalance innée qu’au temple spirituel auquel nous aspirions. Les dieux l’ont sublimé.

Bienveillants avec leurs 1A (du moins avec les heureux élus dont ils connaissent le nom), omniprésents sur le campus, continuellement sur le groupe de promo, les 1A se sentent bien obligés de déserter l’amphithéâtre pour laisser leur timide égo s’exprimer. Il semblerait bien que la promotion 2020, d’ores et déjà rebaptisée « Promotion Matuvu » a décidé de s’improviser – tenez-vous bien – « cool ».

Stupeur chez les 1A, ces tronches étudiantes coincées : quelle est cette ineptie ? Arriverons-nous à nous conformer dans ce modèle d’étincelante déperdition que ces ambassadeurs de la vie nocturne dijonnaise daignent nous révéler ? Accepteraient-ils ainsi de nous éduquer ?

« Mais nous ne voulons pas attraper le sida ! » entend-t-on les couloirs. Deux univers se font face : l’arrogante et condescendante omniscience, et la pure et (chaste ?) murge.

Mais quel chemin est donc le meilleur à suivre ? Fort heureusement pour vous, et après une analyse et une enquête méticuleuse, j’ai trouvé la réponse.

Que les 1A se rassurent, ils sont sur le bon chemin : celui d’un semblant d’humilité et d’une tolérance inespérée, celui de quelques mois, encore à devoir nous côtoyer. Celui d’un inévitable départ nous faisant tout de même regretter ces belles et fugaces amitiés nouées. Car si les 2A revendiqueront leurs « meilleures histoires », les 1A sauront que les années dijonnaises ne sont pas à mettre en compétitions. Mais déjà, devant leur ahurissante supériorité, plusieurs 1A refusent de naïvement s’émerveiller pour préférer rejoindre leurs amis dans le vice et le péché. Que ce billet soit autant considéré comme une main tendue que comme un ras-le-bol affirmé : « Nous n’avons pas l’intention, nous, de sournoisement pestiférer. Ni d’en rajouter. Alors arrêtez de nous faire chier ♥ »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s