Le point anarchiste : anarchisme et communisme (1/3)

Premier volet d’une chronique sur l’anarchisme, pour mieux comprendre ce courant de pensée assez méconnu. Aujourd’hui on commence la définition de l’anarchisme en présentant les points communs avec le communisme.

« J’suis anarchiste et je voudrais foutre en l’air toute la société capitaliste » répondait une grand-mère à un journaliste du Petit Journal qui l’interrogeait sur les élections régionales.
L’anarchisme est une idée largement portée sur la liberté et sur l’antidogmatisme. De ce fait, un anarchiste n’est soumis à aucune idéologie, aucune opinion, aucune théorie. Il est inspiré par ce en quoi il croit. Son idéal est formé par ses lectures et par ce qu’il vit, voit et entend.
Ainsi, il existe autant d’idées de l’anarchisme qu’il existe d’anarchistes. Voilà pourquoi il n’existe pas de théoricien privilégié dans l’anarchisme, à l’inverse du communisme, dans lequel Marx apparaît comme une référence.
En conséquence, chacun des « Points anarchistes » qui seront publiés seront le fruit de mes lectures, de ce que j’ai pu voir ou entendre. De ma vision de l’anarchisme en somme. Sache, cher lecteur, que je tâcherai de décrire avec objectivité les théories des théoriciens les plus connus et les moins connus. Cela dans le but que tu puisses te faire un avis de toi-même. C’est le but de cette chronique. Commençons par débroussailler la définition d’anarchisme.

« Communisme et anarchisme, c’est un peu le même délire non ? »

Pour commencer, il faut savoir que l’anarchisme n’est absolument pas le communisme. Ce sont deux idées qui peuvent se rejoindre sur certains points mais qui dans leur essence, s’opposent.

  • Si l’on a tendance à rapprocher les deux idées, c’est qu’un même constat économique et politique les rassemble. Ce constat peut être désigné par le terme d’anticapitalisme. Effectivement, communisme et anarchisme s’élèvent tous deux contre le capitalisme, dans les inégalités qu’il crée et dans les rapports de domination qu’il instaure.
  • D’autre part, le combat contre la propriété privée des moyens de production est un sujet sur lequel, globalement, les communistes et les anarchistes s’accordent : « Les communistes peuvent résumer leur théorie dans cette proposition : abolition de la propriété privée » écrivent Marx et Engels dans Le Manifeste du parti communiste (1848). Pierre-Joseph Proudhon affirme « La propriété, c’est le vol » dans Qu’est-ce que la propriété ? (1840). Ricardo Flores Magon écrit « Abolissons la propriété privée et nous verrons disparaître, avec la misère, une autre plaie : l’autorité » écrit Ricardo Flores Magon dans Mort à la propriété privée (1914)
  • Le féminisme et l’écologisme sont des thèmes sur lesquels communistes et anarchistes sont aussi souvent d’accord, au moins sur le constat. Le productivisme capitaliste est dénoncée, la décroissance et l’altermondialisme sont de leur côté valorisées.

(Suite au prochain Point Anarchiste…)

Z.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s