« Sex, money, power » : le coup de force de Sciences Pollywood

Retrouvez notre critique du film de Sciences Pollywood réalisé à l’occasion de la campagne du BDE, un film à ne pas manquer.

film-sciences-pollywood

L’exaltant acteur/réalisateur Sébastien Cazabon recharge son fusil, ou plutôt sa caméra, s’attaque à un nouveau mythe : la création de l’équipe subversive du BDE du campus de Dijon. Niveau réalisation, du classique avec montage saccadé, mise en scène impeccable et une bande originale nerveuse, on est immédiatement séduit. Le film suit Zadig Tisserand, futur président du BDE, qui tente de rassembler une fine équipe avant de prendre le pouvoir dans un campus tombé dans les mains des bonnes mœurs. L’occasion de souligner la qualité des costumes : chèche, manteau marron, lunettes rondes, le personnage du sulfureux président aux tendances anarchistes est parfaitement respecté. Le décor bourgeois de la ville de Dijon est lui-aussi rendu fidèlement, on notera l’apparition de l’hôtel La cloche et mention spéciale à l’appartement où a été tourné la plupart des scènes d’intérieur. Revenons à l’histoire. Zadig s’attache tout d’abord les services d’un jeune et ambitieux trésorier, Sébastien Cazabon, interprété par l’omniprésent Pierre Niney, qui l’aidera à atteindre les sommets. Au terme d’une longue et âpre négociation il convainc la poète ivrogne, machiavélique et désabusée Ania Vanco qui leur apportera sa qualité d’organisation et qui ne recule devant rien. Le quatrième membre est introduit par le vrombissement d’un bolide parcourant à une allure folle le mythique boulevard Eugène Spuller. Au volant, MC Gauxmar, qui tape autant à l’œil des spectateurs qu’à celui du duo Tisserand-Cazabon. Reste le cinquième membre à trouver pour compléter cette fine équipe. Ils sont marqués dans leur quête par une jeune bulgare, la sensuelle Nancy Koleva, prête à tout pour séduire les électeurs. La force du film, sur le plan scénaristique, est de présenter à la foi les cinq membres mais aussi l’équipe comme une entité soudée autour de thèmes qui les rendront célèbres : l’alcool, la drogue, le sexe, l’argent, et bien sur le pouvoir. Chic, convulsif, grandiloquent, Sex, Money Power rend parfaitement hommage à ce BDE, à voir absolument.

 

Marin Pugnat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s