Les jeunes loups en route vers le BDE (2/2)

Place aux jeunes pour ce deuxième volet de notre série consacrée à la campagne du BDE. Cette fois-ci c’est au tour de ceux pour qui la carrière politique se résume à une élection de délégué de classe, ceux pour qui il y a un mois Krtek n’était qu’une faute de frappe et la vodka un alcool fort, j’ai nommé les 1A. Ce ne sont pas moins de trois listes qui ont émergé de cette masse juvénile, de quoi s’étriper entre deux dissertations d’IPC.

La première liste à s’être constituée, appuyée par Netflix et HBO, se présente sous le nom intrigant « The Breaking BDE ». Ces adeptes du binge watching qui guettent sans nul doute avec impatience la sortie du dernier épisode de la célèbre « Introduction à la microéconomie » voudront imposer leur grille des programmes au campus. Les références à Breaking Bad et Narco incitent à la prudence quant à l’exercice de hautes responsabilités, d’autant plus que les mœurs dijonnaises tolèrent bien mieux la vodka que ces substances poitevines. Néanmoins ils auront à cœur de retourner leurs détracteurs à l’image des crêpes servies au petit déjeuner lundi matin, une pratique électoraliste qui ne ferait pas rougir Franck Underwood. Cette bande de Friends semble prête à jouer au chat et à la souris avec les autres listes pour s’installer sur le trône de fer.

Photo de campagne douteuse de The Breaking BDE. Crédits: The Breaking BDE

Face à eux se dresse une liste unie par le sang aux forts accents transalpins. La Famiglia Sciencespone parait déterminée à user de tous les moyens possibles pour assurer la protection du campus. Si elle y parvient le système de parrain/filleul risque de prendre une toute autre signification. Cette grande famille pourrait profiter de l’ancrage important de la diaspora italienne au sein du campus, les ventes de tiramisu au BDE ne sont pas prêtes de s’arrêter. Pour l’instant la liste semble manier habilement le bâton et la carotte, avec un message à peine voilé par le biais d’un air de Nino Rota suivi d’une promesse de vin blanc et de crème de cassis. Attention néanmoins car le temps est loin d’être à la prohibition à Dijon et les mafias rivales, avec au premier rang les serbes, ne laisseront personne marcher sur leurs plates-bandes.

La mafia italienne impliquée dans cette course à la vice-présidence. Crédits: La Famiglia Sciencespone

Coup de tonnerre lors de l’annonce des listes candidates avec l’émergence d’une troisième liste. Ici nous sommes bien loin de la troisième voie puisque c’est à l’école Balkany qu’ont été formé ses membres. Ou dans les Balkans. A moins que Levallois-Perret ne soit devenue la capitale des Balkans. Bref, la Balkaliste devra éclaircir la question de son héritage qui est aussi incompréhensible que cette région de l’Europe. Convaincre le peuple dijonnais pourrait s’avérer compliqué, d’autant que comme l’a rappelé Lukas Macek les morts et les 3A ne pourront pas voter. Pour cela ils jouent la carte de la transparence, nous attendons donc la liste de leurs villas en Croatie. En matière budgétaire, espérons qu’ils ne feront pas de Dijon le campus le plus endetté de France. Si elle joue pour l’instant le rôle d’outsider, la Balkaliste pourrait bien néanmoins tirer son épingle du jeu électoral.

Marin Pugnat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s